Quand le décor de Richard III ouvre ses portes…

Un Richard III très particulier : cette création de Jean Lambert-wild regroupe à la fois les techniques du langage théâtral traditionnelles (mais à 4 mains seulement !) tout comme des techniques des plus innovantes (logiciel d’animation d’images, effets de magie, hologrammes, etc.) : un vrai défi scénographique à relever face à ces particularités !

Découvrir tDSC_0917outes les étapes, de la difficulté de passer d’un croquis très graphique à la réalisation du décor, la nécessité d’épurer le projet initial pour la réelle mise en œuvre de ces éléments forains, y intégrer la vidéo, rendre maniable ce système de castelets par des commandes bien dissimulées…

Le décor de Richard III est véritablement un personnage à part entière ici ! Un train fantôme sur mesure nous conduisant dans les méandres de l’esprit du sanguinolent Richard III.

Qui donne vie à ce décor durant les représentations ? Qui se cache derrière toute cette manipulation, ces changements perpétuels de costumes, la mise en place de ces multiples jeux de métamorphose, illusions, trompe l’œil et accessoires, la manipulation précieuse de l’armure en porcelaine ? Pas moins de 3 personnes particulièrement discrètes dans les coulisses et 3 personnes en régie : deux régisseurs plateau, une habilleuse, uDSC_0911n régisseur lumière, un régisseur son ainsi qu’un en vidéo.

Un décor qui vit bien du haut de ses 80 représentations déjà passées et d’une cinquantaine à venir, malgré des montages et démontages continus et ces kilomètres parcourus dans un semi-remorque.

C’est tout cela que les personnes présentes à la visite sandwich jeudi 12 octobre ont pu observer, tout ce détail, ces contraintes techniques, cette manipulation. Toute cette magie aussi !

Le constat est unanime, voir le spectacle une seule fois ne suffit pas à observer cette minutie. On en redemande.

Alors comme il n’est pas question de garder tout cela confidentiel, une autre visite sandwich afin de découvrir quantité de petits secrets des coulisses est prévue lorsque nous accueillerons le spectacle Hôtel Feydeau en février prochain !

Merci à Thierry Varenne, assistant du scénographe et régisseur plateau, de nous y avoir guidé.

Découvrir les coulisses de la création a aussi été possible par le biais du documentaire L’Étoffe des rêves, réalisé par François Royet et diffusé dans la petite salle durant la semaine des représentations. La chronique de cette aventure théâtrale de Jean Lambert-wild dévoile le parcours semé d’embuches, au plus près, au plus intime, sur le vif de la création de ce si particulier Richard III.

Marie-Émilie

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s